Alors les représentants du personnel pourraient et devraient  représenter et défendre tout le monde ! (octobre 2016)

02
Mar

Faux et voilà pourquoi :

1) légalement   le cadre dirigeant ne peut pas voter pour les élections des Représentants du personnel et il a son propre syndicat comme le MEDEF, il n’est donc pas un salarié comme les autres : la cour de cassation fixe que pour des raisons évidentes liées à l’éthique, on ne peut à la fois représenter l’employeur et participer à l’élection des personnes qui sont chargées de défendre les intérêts des salariés, voire d’être éligible.

“Mais attendu que, si les cadres détenant sur un service un département ou un établissement de l’entreprise, une délégation particulière d’autorité établie par écrit permettant de les assimiler à un chef d’entreprise, sont exclus de l’électorat et de l’éligibilité aux fonctions de délégués du personnel et de membres du comité d’entreprise pour la durée d’exercice de cette délégation particulière, ils doivent néanmoins être comptabilisés dans les effectifs de l’entreprise ou de l’établissement, dès lors qu’il ont la qualité de salarié ; cass soc 26 septembre 2002 01 60 670”

 

2) il ne faut pas confondre le rôle d’avocat avec le rôle de représentant du personnel :

– l’avocat défend les personnes en mettant de coté ces valeurs et convictions, ainsi un avocat doit défendre un assassin

– le représentant du personnel défend les personnes en utilisant ces valeurs et ces convictions, ainsi il y a quelques années chez Amadeus 1 salarié s’est fait prendre avec  des fichiers de photos pornographiques d’enfants, il n’a trouvé aucun représentant du personnel pour le défendre. Et quand il appartient à un syndicat, le RP s’engage aussi à défendre les valeurs de ce syndicat : par exemple dans les statuts de la CFDT il y a la défense des valeurs démocratiques. Un représentant CFDT ne pourrait pas défendre un dictateur.

Aider le patron du DEV a gagner des millions alors que l’on se bat pour obtenir 1 million de prime pour 5 000 personnes, prime que l’on obtient pas, est-ce respecter ses valeurs et convictions ?

Aider le patron du DEV a gagner des millions alors que en tant que patron de R&D il est à l’origine de dizaines de licenciements, notamment chez nos collègues consultants, est-ce respecter ses valeurs et convictions ?

C’est sur l’équipe CFDT a des valeurs et convictions et elle les défend !