Réorganisation AIT 2016 : la Régionalisation

18
Nov

L’audience devant le juge des référés a eu lieu le 19 octobre.ob_80158234558e41b1ab17549e298e7f1e_arnaque

Le jugement est tombé et naturellement le juge n’a pas suivi et a jugé la demande irrecevable !

Le CE et la CGT sont condamnés à verser 1200€ à Amadeus.

L’histoire : Ou comment les syndicats CGT et CFE-CGC demandent à  l’entreprise de procéder  à des licenciements économiques dans “l’intérêt des salariés”

160913-demande-ce-extraordinaire

1) La réunion extraordinairedont voici le PV, a eu lieu vendredi 16 septembre. Une  résolution basée sur l’Article L1233-61 du CT a été votée par 6 voix contre 4.

L1233-61 Dans les entreprises d’au moins cinquante salariés, lorsque le projet de licenciement concerne au moins dix salariés dans une même période de trente jours, l’employeur établit et met en oeuvre un plan de sauvegarde de l’emploi pour éviter les licenciements ou en limiter le nombre.
Ce plan intègre un plan de reclassement visant à faciliter le reclassement des salariés dont le licenciement ne pourrait être évité, notamment celui des salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile.

 La CFDT et la CFTC ont voté contre cette résolution. Nous ne voulons pas de licenciements économiques ! et nous sommes les seuls à négocier les conditions de cette réorganisation ! par exemple nous obtenons qu’il n’y ait pas de rupture des contrats de travail.

Les arguments de cette résolution sont faux. Mais surtout  jusqu’à présent dans cette réorganisation les licenciements économiques n’étaient pas envisagés. Faire un PSE, c’est envisager des licenciements avec des ordres de priorités, des critères de sélection. Nous disons danger !

Oui il faut se battre pour que les postes proposés aux salariés, qui décident de rester sur Nice, soient conformes à leur compétences. Et la CFDT et la CFTC se battent pour ça.

Oui il faut se battre pour que les propositions soient claires et favorables aux salariés concernés. Et la CFDT et la CFTC se battent pour ça.

Mais un PSE, c’est DANGER !

C’est le monde a l’envers, des syndicats veulent imposer un PSE, et l’entreprise résiste !

Il nous semble incohérent et incroyable que des Syndicats, la CGT et la CFE-CGC, demandent un PSE dans une entreprise qui recrute 200 salariés par an et qui est en parfaite santé économique, jusqu’á présent. Légalement il ne peut pas y avoir de PSE.

Pour l’instant la Direction continue la procédure de consultation sur la réorg et répond a la résolution votée :  “Néanmoins, comme nous l’avons souligné à tous les stades de la procédure d’information-consultation, les salariés qui ne sont intéressés ni par une mobilité à l’étranger ni par une mobilité en interne, continuent dans leurs activités habituelles. “

2) Une réunion de consultation a eu lieu le lundi 26 septembre.

  • Information, consultation et avis sur le projet de réorganisation au sein d’AIT

Rosine Gomez pour la CFDT et Frank Turosz pour la CFTC ont rencontré des salariés AIT le 22 septembre 2016. Visiblement ces salariés ont ete manipulés par le discours de la CGT et la CFE-CGC car à aucun moment ces derniers ont expliqué la signification d’invoquer l’article 1233-61 du CT.

Rosine Gomez  et Frank Turosz ont rencontré 3 groupes de personnes (environ 20), ils font des remarques et des propositions, la Direction répond :

Sur le processus d’information de la réorganisation :

  • Le processus d’information/consultation démarré le 27 mai comprend des contraintes. Ce qui est proposé est un projet soumis à consultation en France. Tant que cette consultation n’est pas faite, la réorganisation ne peut légalement pas être lancée. Cela peut apparaître comme flou et confus du point de vue des salariés.
  • Notre intention est de pouvoir, dès que la consultation aura été faite, confirmer la date prévisionnelle de mise en œuvre de la réorg au 1 octobre.
  • Dès lors, les régions seront mises en œuvre, des postes ouverts et une communication appropriée mise en œuvre.
  • En parallèle, des postes seront créés à  Sophia dans la division AIT (5-10 mentionnés en CE de Juillet) et ceci devrait permettre d’offrir de nouvelles opportunités.
  • Nous sommes prêts à présenter aux salariés concernés le 4 octobre la confirmation des organisations régionales, le cas échéant les nouveaux reporting.

Sur la partie individuelle, nous sommes conscients que les éléments ci-dessus ont pu donner lieu à une communication qui a pu paraître floue car souvent au conditionnel. Cependant,

  • Les salariés ont tous été rencontrés par leur management et les HR entre juin et août 2016.
  • De nouveaux entretiens sont d’ores et déjà en cours avec chacun des salariés concernés. 
  • Le statut à ce jour est de :

o   20 personnes ont confirmés leur intention de rester à Sophia

  • 4 pour qui le processus de mobilité est en cours (date à définir)
  • 7 en cours de réflexion sur une mobilité à court terme
  • 9 en cours de réflexion sur une mobilité plus tard

o   11 personnes ont confirmés leur intérêt pour une mobilité internationale

  • 7 sont en cours de discussions pour une offre. 2 de ces salariés ont des conjoints Amadeus travaillant dans d’autres divisions. Discussions en cours avec les autres divisions pour identifier un poste dans le lieu d’accueil pour le conjoint ou autoriser le conjoint à effectuer son poste de la même entité. 2 personnes ok mais qui souhaitent décaler en 2017 pour raisons persos 
  • 2 personnes intéressées par une mobilité, en cours de confirmation

o   5 ne se positionnent pas pour l’instant et reviendront vers nous plus tard

o   Des entretiens sont à nouveau programmés avec les ressources humaines et feront  l’objet d’un compte rendu entre les parties.

Pour répondre à vos demandes :

  • Confirmation d’un référent unique au HR. En plus une personne au sein de l’équipe Talent Management sera nommée pour aider les personnes qui le souhaitent à faire un bilan, revoir leur ISS dans le cadre d’une mobilité.
  • Nomination au sein d’AIT d’un référent  : Christine C-S
  • Nous pouvons dès le 4 octobre ou lors d’une réunion spécifique présenter les différentes options proposées et le process en cours afin de clarifier et de répondre aux questions. En particulier, les mobilités internationales feront l’objet d’une explication détaillée et nous pourrons répondre à toutes les questions globales, les situations individuelles
  • Nous confirmons qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y a aucune volonté de licenciement économique

 

Il y a 10 membres titulaires présents en réunion:

La CGT et la CFE-CGC refusent de voter, ils ont sollicité le tribunal pour statuer sur la demande de licenciement économique et de mise en place d’un PSE. Ils attendent la décision du juge.

La CFDT et la CFTC votents : 4 votants, 3 blancs, 1 contre 

Le processus d’information/consultation est terminé, le projet de Régionalisation peut démarrer.

Quel est l’intérêt des sections CGT et CFE-CGC  d’ Amadeus dans tout ca ?

  • Pour la CFE-CGC, c’est une dramatique incompétence.
  • Pour la CGT, en plus de la méconnaissance des lois, c’est mettre le bordel dans l’entreprise.

Des Représentants du Personnel incompétents sont une catastrophe pour une Entreprise et ses salariés !